ELLEPHANT

@ quartiers des spectacles

1201 rue St-Dominique Montréal (Québec) H2X 2W3

WED  to  SAT 12:00 – 17:00

 inaugurating exhibition “letters home”  by karen elaine spencer OCT 28 – NOV 21.

Opening NOV 7, 2015

on_and_on_2014

“the word ‘home’ is an all-encompassing word that evokes all manner of emotional attachments.”

Christine Redfern founder / curator 514-778-7068 redfern@ellephant.org

check out more work by spencer @ ELLEPHANT

Advertisements

14h -samedi, 31 octobre 2015 

GALERIE B-312

372, rue Ste-Catherine Ouest
Espace 403
Montréal (Québec) H3B 1A2
(514) 874-9423

Puis, jusqu’à 17 h, les artistes Sandra Lachance et karen elaine spencer seront présentes pour discuter avec vous,
on vous attend !

Performance et rencontres
 banniere_lancement_publication

NOUVELLES PARUTIONS ET LANCEMENTS

L’envers de l’endroit. The underside of site, un ouvrage qui explore la pratique de l’art public infiltrant à partir d’un corpus de treize œuvres et les essais et recensions de six auteurs.

Les traces des pratiques infiltrantes racontées (et le récit narré d’une résidence), un essai de Marie-Ève Leclerc-Parker, premier titre de la nouvelle collection Les carnets de l’art infiltrant.

Lancement à Granby

Jeudi 5 novembre 2015 – 18 h à 20 h

Lieu : 3e impérial, centre d’essai en art actuel, 164, rue Cowie, suite 310, Granby (Québec)

Avec la collaboration de Réseautage art et culture Montérégie.

Lancement à Montréal

Mercredi 11 novembre 2015 – 16 h 30 à 19 h

Lieu : Librairie Formats, 2 rue Sainte-Catherine Est, espace 302, Montréal.

Avec la collaboration de la Librairie Formats.

Photo: couverture de la publication L’envers de l’endroit / The Underside of Site.
À gauche: © Raphaëlle de Groot, Le poids des objets, 2012. À droite: © Véronique Malo, De passage, 2010.

(english follows)

Le 3e impérial, centre d’essai en art actuel lance deux publications :

L’ENVERS DE L’ENDROIT. THE UNDERSIDE OF SITE.
Des œuvres d’art qui infiltrent le réel dans tous les sens. Une pensée artistique perpétuellement en mouvement qui, pourtant, ne tourne pas en rond. Artworks that infiltrate the Real from behind, below and every which way. Artistic thought that is always on the move, but doesn’t turn around in circles.

Cet ouvrage explore la pratique de l’art public infiltrant à partir d’un corpus de treize œuvres et les essais et recensions de six auteurs.

Œuvres d’art infiltrant /Artistes
Emma Waltraud Howes, Karen Elaine Spencer, Émilie Rondeau, Stéphane Gilot, Patrick Bérubé, Véronique Malo, Ani Deschênes, Douglas Scholes, Victoria Stanton, Magali Babin, Raphaëlle de Groot, Sylvaine Chassay, Christian Leduc & Marc-Antoine K. Phaneuf.

Essais/Auteurs
Dominic Marcil, Ronald Richard, Guy Sioui Durand, Jérôme Delgado, Denis Lessard, Véronique Leblanc, Martin Dufrasne.

Comment échapper à la stabilité apparente du monde et du présent avec l’objectif de les transformer ? Comment révéler l’invisible ? Par d’habiles détours, par des renversements de perspective, des manœuvres épiques, la construction d’utopies, ou en dévoilant un entre-lieu ? Voici le défi posé par L’envers de l’endroit, cycle d’exploration et de création en art infiltrant, in situ et in socius, auquel ont été conviés treize artistes. L’ouvrage inclut une documentation visuelle de leurs œuvres, des recensions critiques et essais de six auteurs. « Qu’un objet puisse s’annoncer comme étant l’envers de l’endroit fait vaciller de soi la définition classique — classée — de l’objet d’art. » (Ronald Richard). Fondées sur la rencontre et la création de liens entre des univers qui, a priori, ne se fréquentent pas, ces œuvres, porteuses d’un effet de « dépaysement » (Denis Lessard), infiltrent le quotidien, usant de stratégies créatives : « poésie subversive », « activisme ludique géographique » (Guy Sioui Durand), performance, infiltration médiatique, filature, fiction construite, déambulation, marche sonore, projection vidéo, etc. « Tels des archéologues de l’ordinaire, [certains des artistes] envisagent le mot, le geste, l’objet ou l’attitude comme autant d’éléments à collectionner et à mettre en rapport les uns avec les autres pour sonder le caractère équivoque du réel. » (Véronique Leblanc) D’autres, encore, vont « perturber la belle image d’une utopie caractérisée » (Jérôme Delgado).

Sous la direction de Danyèle Alain
avec la collaboration de Patrick Beaulieu
Conception graphique de Pata Macedo
Textes en français et en anglais
352 pages, reproductions couleur, 2015
ISBN 978-2-9809723-4-8
30 $

OFFRE SPÉCIALE :
À l’occasion des lancements des 5 et 11 novembre, la publication Les traces des pratiques infiltrantes racontées sera offerte gratuitement sur achat d’une publication L’envers de l’endroit. The underside of site.

LES TRACES DES PRATIQUES INFILTRANTES RACONTÉES
(ET LE RÉCIT NARRÉ D’UNE RÉSIDENCE)

Un essai de Marie-Ève Leclerc-Parker, premier titre de la nouvelle collection Les carnets de l’art infiltrant.

Essai produit dans le cadre d’une résidence pour critique de la relève proposée en 2014-2015 par le 3e impérial, centre d’essai en art actuel aux étudiants universitaires du Québec et hors-Québec. Il s’agit du premier titre de la nouvelle collection Les carnets de l’art infiltrant destinée à diffuser les idées fraîches et à promouvoir le développement et le renouvellement de la pensée critique en art actuel.

Marie-Ève Leclerc-Parker est une auteure émergente qui s’intéresse à l’art actuel sous toutes ses formes, du furtif au performatif. Auxiliaire de recherche et étudiante à la maîtrise en histoire de l’art à l’Université du Québec à Montréal, ses recherches gravitent autour de la résidence d’artistes dans les centres d’artistes autogérés du Québec et, plus particulièrement, sur la résistance de cette pratique à la définition.

Sous la direction de Danyèle Alain
avec la collaboration de David Beauchamp
Conception graphique de Pata Macedo
Texte en français
8 pages, 2015
ISBN 978-2-9809723-5-5
3 $

www.3e-imperial.org
Tél. : 450 372 7261

L’ENVERS DE L’ENDROIT. THE UNDERSIDE OF SITE.
Des œuvres d’art qui infiltrent le réel dans tous les sens. Une pensée artistique perpétuellement en mouvement qui, pourtant, ne tourne pas en rond. Artworks that infiltrate the Real from behind, below and every which way. Artistic thought that is always on the move, but doesn’t turn around in circles.

Infiltration-based artworks /Artists
Emma Waltraud Howes, Karen Elaine Spencer, Émilie Rondeau, Stéphane Gilot, Patrick Bérubé, Véronique Malo, Ani Deschênes, Douglas Scholes, Victoria Stanton, Magali Babin, Raphaëlle de Groot, Sylvaine Chassay, Christian Leduc & Marc-Antoine K. Phaneuf.

Essays/Authors
Dominic Marcil, Ronald Richard, Guy Sioui Durand, Jérôme Delgado, Denis Lessard, Véronique Leblanc, Martin Dufrasne.

How do we escape from the seeming stability of the world and the present with the ultimate goal of transforming it? How do we reveal the invisible? Through skillful detouring, reversals of perspective, epic maneuvering, building utopias, or in revealing inbetween-places?

This is the challenge posed by L’envers de l’endroit, an exploration cycle that provided the context for creating many in situ and in socius artworks, artworks rooted in the creation of connections between, and encounters with worlds not normally in contact with each other. These works carry within them the agency of “dépaysement”—the positive disorientation provoked by a change of context—(Denis Lessard), infiltrate into daily life, employ creative strategies: “a subversive poetry”, “a playful geographic activism” (Guy Sioui Durand), performance, media infiltration, trailing, fictionalization, artistic walkabouts, sound walks, video projections, etc. “As archeologists of the everyday, [some of these artists] consider words, gestures, objects and attitudes as elements to be collected and connected to each other in order to probe the ambiguous nature of the Real” (Véronique Leblanc). Others will opt to “disrupt the pretty picture of constructed utopia” (Jérôme Delgado).

Edited by Danyèle Alain
with collaboration of Patrick Beaulieu
Graphic Design by Pata Macedo
Texts in English and French
352 pages, colour reproductions, 2015
ISBN 978-2-9809723-4-8
30 $

www.3e-imperial.org
Tel. : 450 372 7261

3e impérial, centre d’essai en art actuel
164 rue Cowie, suite 310, Granby, Québec, Canada  J2G 3V3
Tél. 450-372-7261 info@3e-imperial.org
www.3e-imperial.org

inter121_2015

le revue “inter art actuel” 121 pauvreté dépouillement dénuement

inter, une belle revue avec deux articles qui lance une regard vers mon travail :

De la ligne à en ligne. Le dessin comme zone créatrice intemporelle non dénuée de desseins
par GUY SIOUI DURAND

Performatif du désoeuvrement. Pour une esthétique du dénuement, de la vie nue.
par MÉLISSA CORREIA

KAREN ELAINE SPENCER
LETTERS HOME / LETTRES À MA MÈRE
Exposition
15 octobre 2015 – 14 novembre 2015
VERNISSAGE et PERFORMANCE –
Le jeudi 15 octobre 2015 à 17h30

_MG_9829Photo Guy L'Heureux
© karen elaine spencer—Photo : Guy L’Heureux—Galerie B-312

La Galerie B-312 a le plaisir de présenter dans sa petite salle le travail de karen elaine spencer. Sa pratique intuitive, foisonnante et complexe oscille entre la spontanéité de la performance et le processus lent et minutieux de son travail plastique. Depuis plusieurs années, l’artiste se met en situation dans des lieux publics, parfois marginaux – parcs, couloirs du métro, coins de rue – et investit différents moyens de communication – réseaux sociaux, cartes postales, messages sur carton –, dans le but d’explorer la société qui nous entoure et de nous interroger sur les rapports de pouvoir qui la régissent. Le quotidien, l’actualité et le langage sont au cœur de sa démarche, comme en témoigne l’installation letters home / lettres à ma mère, comprenant deux œuvres sur papier et un dispositif sonore. Si les œuvres sur papier ont des allures de tableaux abstraits, les formes géométriques qui les composent sont en réalité des fragments de texte, issus de différentes sources – notes personnelles, listes de courses, poèmes, journaux – assemblés à la manière d’un collage. Par une gestuelle méticuleuse et répétitive, elle peint chaque lettre sur le papier, en ôtant la ponctuation, afin d’apporter une valeur égale à chaque mot. Ainsi elle ordonne et archive les différents événements tirés de ses performances et de son quotidien, allant de ses sittin’ au square Cabot, à la mort tragique de Naïma Rharouity dans le métro, en passant par ses questionnements sur les sans-abris et sur son propre rapport au « chez soi ». De ce processus de reconstruction de la prose, résulte un rythme visuel. La voix monocorde, presque incantatoire de l’artiste, déchiffrant ces « partitions » sur la bande son, au delà d’en offrir une simple traduction, amplifie la confusion face à ces mots qui se superposent, dans l’espace et sur le papier, envahissant l’esprit du spectateur. Les phrases, devenues motifs codés, nécessitent un engagement de celui qui en prend connaissance, pour en saisir le sens et toute l’humanité.
Le soir du vernissage, l’artiste fera la lecture des textes présentés en salle, extraits de la série letters home / lettres à ma mère, se confrontant dès lors à la difficulté inhérente du mode d’inscription choisi.
– Ophélie Chalabi

karen elaine spencer détient une maîtrise en arts plastiques de l’Université du Québec à Montréal et un baccalauréat du Nova Scotia College of Art and Design de Halifax. Ses œuvres ont été présentées au Canada, aux États-Unis et en Europe, notamment lors de Blogueurs en captivité, une collaboration de Dare-Dare et de Folie/Culture (2014) dans le cadre du festival Art in Odd Places à New York (2013) ainsi que dans le contexte du Festival d’art performatif et d’intervention à Moncton (2012). Plus récemment, son travail était visible au Symposium international d’art contemporain de Baie-Saint-Paul (2015). karen elaine spencer a obtenu le Prix Powerhouse 2012. Elle est représentée par ELLEPHANT, nouvelle galerie d’art contemporain à Montréal.

À surveiller — La galerie ELLEPHANT présentera parrallèlement, du 28 octobre au 22 novembre une autre partie de la série lettres à ma mère. La galerie est située au 1201 rue Saint- Dominique. Le vernissage aura lieu le 7 novembre de 12h à 17h

GALERIE B-312 
372, rue Ste-Catherine Ouest
Espace 403
Montréal (Québec) H3B 1A2 
(514) 874-9423
Du mardi au samedi 
12h à 17h
Les jeudis jusqu’à 20h
Info@galerieb312.ca

a portrait between two : while the performer performs the writer watches and writes

writer : karen elaine spencer
performer : adriana disman
title : dying continually (part of intimacy with fear)
date : march 28 2015
duration : 6 hours
location : rats9

adriana : bare feet. black knee-length skirt. black and white striped shirt. black hair cropped neck length.

performance space : thin slats of hardwood flooring, scratched, stained. white walls lit with ten spots, five spots on one wall, five on the other. floor length black curtain separating performance space from studios in back. brown wooden chair with paint stains in the centre of the performance space. metronome.

adriana : “o.k. i think i’m just gonna start.”
places metronome on floor in centre of room
starts metronome
 walks to chair 
 sits on chair
feet on floor, hands on lap
closes eyes

to download the text click on this link : adriana4final_2015

to read more about adriana disman’s project at dare-dare click on this link : http://www.dare-dare.org/fr/evenements/adriana-disman_intimes-avec-la-peur

1blogueurs_cover_siteweb-copie2_2
LANCEMENT

BLOGUEURS EN CAPTIVITÉ

30 septembre 2015

Folie/Culture, en collaboration avec DARE-DARE, est fière de vous inviter au lancement de sa publication Blogueurs en captivité, Québec / Montréal / Saguenay, le 30 septembre prochain à 17 h, à la roulotte.
En 96 pages de textes et d’illustrations, cet ouvrage regroupe les écrits de Anne-Marie Bouchard (historienne de l’art), André C. Drainville (sociologue), Daniel Canty (écrivain) et Jean-Rémi Dionne (politologue), qui revisitent les trois interventions artistiques présentées sur la place publique par Folie/Culture en 2013 et 2014, auxquelles participaient les artistes-blogueurs Martin Dufrasne et Sarah L’Hérault (à Québec), Adam Bergeron et Karen Elaine Spencer (à Montréal), Alain-Martin Richard et Stéfanie Tremblay (à Saguenay).
Les auteurs y mènent une réflexion approfondie à la fois sur les propositions des artistes-blogueurs, sur l’aliénation associée aux technologies de l’information et plus largement sur l’aliénation mentale, sociale, politique…
Prix spécial de lancement : 15 $ (version papier, prix régulier 20 $)
Version électronique: 10 $
Lancements de Blogueurs en captivité, Québec / Montréal / Saguenay :
Québec, le 11 septembre à l’Œil de Poisson
Saguenay, le 17 septembre à la Librairie Points de suspension, centre Bang
Montréal, le 30 septembre à DARE-DARE
Pour information : 418-649-0999 ou folieculture.org